Réseaux sociaux : nouveaux états conversationnels et DIY

Pour contacter directement nos directrices associées : Laetitia & Claire / social@entrecom.com.

Dans le monde d’après, les conversations… Non non, c’est une blague, je vais plutôt aborder ce que l’on a appris chez Entrecom Social depuis le 20 mars et ce qui restera sans doute dans les mois à venir. 

3 CHIFFRES CLÉS – (Source)

  • Sur Facebook Italie, une augmentation de 70% de temps passé
  • x2 pour le nombre de vues Instagram et Facebook Live
  • Explosion des messages privés entre les marques et leurs clients

1/ D’abord, l’authenticité des campagnes de relations influenceurs.

Un facteur commun ? Le « fait maison » et toujours le tutoriel qui prennent une ampleur phénoménale à tous les niveaux : de la fabrication de son pain, à sa coloration cheveux, du shooting de campagne mode à la conception de sa lessive, les marques font l’exercice du principe de réalité, sans artifice, qui dit simplicité, proximité et pédagogie. 

On retient par exemple coup de maître de L’Oréal avec cette vidéo d’Eva Longoria, #AtHomeWithSephora, Room service de Lancôme, la #HomeTeam d’Adidas. Des conversations coach bienveillantes, qui mixent glamour, avant/après, adaptabilité, transparence et dans un nouveau timing, jamais activé de manière aussi forte, le live.

2/ La proximité, voire l’hyper proximité sur le terrain du quotidien et des territoires d’expression légitimes.

Pour pallier la fermeture des points de vente mais rester proches et continuer de fournir des conseils à ses clients, Bricomarché a développé des lives bricolages et des vidéos confinées sur sa page Facebook autour de thématiques au coeur des préoccupations des français. Avec une fréquentation des réseaux sociaux en hausse massive, les résultats sont là, tant sur la portée que sur l’accueil positif de la part des fans. Mais je pense là aussi aux activations #Diremerci de l’Opéra de Paris. 

3/ Un retour salvateur au sens, au fait maison, à la singularité.

Contre l’uniformisation du discours et des pratiques, des contenus et codes graphiques distinctifs. Dans une période où chaque prise de parole doit être cohérente, légitime, utile, c’est essentiel. Sur le sujet, le projet de co-création by Decathlon, le feed de Tereos avec la campagne #committedtoessentials, #onresteensemble de Orange ou Club Med qui propose à ses clients de “puiser dans la malle aux trésors de ses G.O. Mini Club” des idées d’activités pour toute la famille sont de super exemples. 

4/ Le méta-social

Si le concept des micro-communautés n’a rien de nouveau, on voit aussi se développer des “micro-feux de camp communautaires” spontanés sur d’autres espaces : groupe Slack dédié, chat Discord, apéro vidéo Houseparty, mais aussi live-chat sur une plateforme de e-commerce.

5/ Le “shoppertainment”

Livestream shopping – Mango,Monki,Tmall – achats groupés, services d’enchères entre amis comme Floathat, services d’affiliation comme Kit ou shop by value avec Buho ; l’ère est à l“expérience d’achat collaborative”. 

Avec une  relation conversationnelle entre individus ou avec une marque massivement reportée vers les réseaux sociaux, le marketing d’influence pendant la crise a retenu le meilleur d’avant la crise : du sens, de l’utile, du vrai, du storydoing, des récits qui illustrent des raisons d’agir, l’explosion de la créativité en temps réel avec des formats et des expériences qui se réinventent encore et encore !